Le diamant, l’éternel solitaire à Anvers

Le diamant, connu de tous et faisant figure de référence ultime en matière de joaillerie de luxe est une pierre précieuse vraiment singulière…

Par exemple, le saviez-vous ? Le terme lapidaire désigne les tailleurs de pierres précieuses (rubis, émeraude, saphir) mais ce terme ne s’applique pas au tailleurs de diamants qui s’appellent « diamantaire » et oui ! Le mot diamantaire ne signifie pas vendre les diamants mais parle de l’artisan qui façonne, sculpte et transforme la pierre.

Anvers, capitale mondiale du diamant

Anvers en Belgique est la capitale du diamant, toutes les négociations concernant la pierre passent par cette ville. Dans le monde, les professionnels du diamant surnomme cette ville « one square mile« .

C’est à l’époque des colonies belges en Afrique du sud que les premiers diamants débarquèrent à Anvers sur la table d’un café, nous sommes en 1886 et la bataille avec sa rivale Amsterdam fait rage en matière de joaillerie. Rapidement, en 1893 est fondée une association nommée le Diamond club.

En 1904 a lieu la première bourse aux diamants

Anvers et le diamant aujourd’hui

Avec le temps et l’histoire dont la seconde guerre mondiale, l’influence en matière d’emploi autour du diamant s’est rétrécie comme une peau de chagrin, aujourd’hui les diamantaires sont très présents en Inde avec plus 800 000 tailleurs de pierres confondues contre 1800 pour Anvers.

Avec les derniers chiffres transmis autour du business lié au diamant en Belgique, nous comptons 26 milliards de dollars échangés en 2002 (+ 30 % depuis 1998), la cité flamande a quand même quelques beaux jours devant elle.

Enregistrer